La création d'entreprise

Alice ou De la frustration

Mes petits babouins en sucre (nouveau surnom de Sheldon par Amy)

 

          Depuis quelques temps une question m’est souvent posée par mon entourage : « Pourquoi -maintenant que tu as ton CAP – tu ne travailles pas dans une patisserie ou dans une boutique concurrente ? » Comme je me doute qu’il y a parmi vous d’autres personnes qui se posent cette même question, j’ai décidé d’y repondre.

        Il est vrai que déjà l’année dernière quand je cherchais du travail, certaines personnes m’avaient suggeré cette option. Souvenez vous, j’avais d’ailleurs tenté ma chance dans un petit salon de thé du Cours Julien. Et ce bref entretien n’avait fait que comfirmer ce que je pensais déjà : très mauvaise idée (voir ici).

 

Que je m’explique :

1-Travailler dans une patisserie classique :

Je serai soit condamnée à bosser avec des produits d’aide culinaire (crème patissière en poudre, pate feuilletée toute faite…) soit pas assez douée pour être engagée dans une vraie patisserie artisananale. Car avouons-le même si j’ai eu mon CAP et que j’ai du talent, la passion et un CAP en candidat libre ne remplaceront jamais des années d’apprentissage. En tout cas pas dans MON cas ! Pas avec ma maladresse. (Je ne vous l’ai pas encore dit mais j’ai quand même renversé la tarte d’un des candidats pendant mon epreuve. Et ce n’était même pas du sabotage…)

 

2- Travailler dans une patisserie anglo-américaine concurrente :

La question ne se pose même pas : plutôt me faire seppuku avec une carotte molle ! 

D’aucuns peuvent penser que tout ceci est capricieux ou prétentieux voire completement incongru. Pour ma part, une seul mot me vient à l’esprit lorsque je m’imagine ne serait-ce qu’un seul instant vanter les merites d’autres cupcakistas : FRUSTRANT !  Je me connais comme si je m’étais faite : je ne pourrais m’empecher d’être aigrie ! Je me dirai toute la sainte journée : « je devrais être à sa place ! »

 

Voilà pourquoi je ne peux pas me résoudre à travailler dans ce milieu. Ce serait comme dire à un gamin qui veut devenir pilote de course pour Ferrari : « Tu n’as qu’à travailler comme chauffeur de bus ! Au moins tu seras derrière un volant… »  Ou encore : « Pourquoi tu ne bosses pas au stand MacLaren ? »

 

En d’autres termes : je prefère regner sur l’enfer de ma vie que servir rue Paradis !

 

Prochainement vôtre et pour toujours Moi,

 

LB

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s