Actualités

Recherche d’emploi jour 3 / Memoires d’un lapin

Mes petits calissons,

 

   J’utilise le peu de force qu’il me reste pour écrire un ultime article (jusqu’à mon rétablissement) car malheureusement l’automne, sournois, et ses changement d’humeurs ont eu raison de moi.

      Comme je le disais il y a quelques jours, mon premier jour de recherche d’emploi ne s’est pas avéré très fructueux. Il y eut bien pourtant une lueur d’espoir quand Mina me demanda de repasser le lendemain matin (jeudi) tandis que je l’interrompais en plein service.

     Le lendemain, je repassai donc armée de courage et de volonté pour convaincre cette gérante de m’engager. Au moment où je franchis le seuil de son salon de thé, celle-ci, ne put cacher une grimace de surprise.  Je réalisai alors que toute la bravoure et toute la ténacité du monde n’aurait pu m’épargner la peine quand cinglante elle me dit :  » Vous avez changé de coupe de cheveux? Si je vous avais vue comme ça hier, je ne vous aurai jamais demandé de repasser ! » Il est vrai que sûre de moi et plus légère ces derniers temps, j’arborai fièrement une nouvelle coupe de cheveux.

      Malgré cela, elle me demanda de m’asseoir et commença alors une éprouvante discussion pendant laquelle elle m’expliqua que mes cheveux, surtout lâchés ainsi,  étaient susceptibles de repousser les clients voire de les dissuader de consommer la nourriture. Elle examina ensuite mes mains en disant que mes ongles devaient être coupés à ras pour des questions d’hygiène. Ce à quoi je lui répondis que j’avais fait des stages en laboratoire durant mon BTS et que les consignes d’hygiène n’étaient vraiment pas un problème.

 

      Collant frénétiquement, des étiquettes personnalisées sur de banals sacs en papier kraft, elle me demanda ensuite de lui expliquer mon changement d’orientation, ce qui nous conduisit à parler de mon projet. L’ayant listée dans mon business plan comme concurrente, j’omis quelques informations et en modifiai d’autres pour ne pas me porter préjudice par la suite. Rien de bien méchant bien sûr, « business is business » mais faut pas pousser. 

        A l’écoute de mes paroles, curieusement bienveillante, elle se lança alors dans une énumération de toutes les difficultés liées à la création d’entreprise, la direction d’un commerce, les finances…Pour conclure sur ces phrases quelque peu perverses : « Vous avez raison de vouloir être sur le terrain pour connaître réellement ce métier. Il y a quelques temps, j’ai pris une jeune fille qui voulait ouvrir son salon de thé, elle est restée deux mois, ça l’a dégoûtée et elle a abandonnée l’idée. Plus tard, elle est revenue me remercier car ça l’a empêchée de claquer les quelques économies qu’elle avait dans un tel projet ! »

Ah, vraiment ?

       Pour finir, elle me conseilla de m’orienter vers des établissement plus proches de mon projet car elle faisait plutôt des pâtisseries orientales. Ou bien des boutiques de fringues peut-être plus à même de convenir à mon look et ma personnalité car après tout : « la vente c’est  la vente ». Très cohérent.

Le problème étant : le seul établissement proche de mon projet ET à qui mon look conviendrait est mon plus dangereux concurrent !

 

        Après l’avoir quittée, je me suis rendue dans le centre ville pour déposer des CV à la FNAC, à Virgin et à La Grande Récré parce que vu le temps que j’y passe, et bien autant être payée !  Puis dans d’autres enseignes de restauration rapide qui bien évidemment étaient bondées vu que c’était midi ! Donc j’y retournerai la semaine prochaine.

 

Voilà, sur ce je vais aller trouver un joli bosquet où mourir en paix.

 

Contagieusemenrt vôtre,

 

Lapin Blanc

 

PS : Non je n’ai pas la myxomatose

 

PPS : En commençant mon article, je pensais aux Mémoires d’Hadrien (mourant qui écrit à son ami..) et j’ai donc eu envie de le relire. Je suis allée le chercher dans ma bibliothèque et sur la quatrième de couverture, on peut lire : « ce livre a été traduit en seize langues ». Marguerite Yourcenar était académicienne.

En comparaison Et si c’était vrai de Marc Levy a été traduit en une quarantaine de langues et adapté en film.

Oui, certains diront que ce n’est pas la même époque, certes.

Ce que j’en dis moi, c’est que les goûts et les couleurs (de cheveux)….

Publicités

Une réflexion au sujet de « Recherche d’emploi jour 3 / Memoires d’un lapin »

  1. Un bon choix de cet article et les expressions sont bien soignée, un article amusant et hyper intéressant !! j’aime bien ce style d’écriture et je vous encourage pour le reste..

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s